La veuve noire

la veuve noireCette « veuve noire », qui emprunte son sobriquet à la fameuse araignée, est une meurtrière aussi intelligente que diabolique, incarnée par la très excitante Theresa Russell (l’amante perverse de « Enquête sur une passion », la pseudo-Marilyn de « Une nuit de réflexion »). Catherine s’arrange pour épouser des milliardaires, leur faire signer un testament en sa faveur, puis les assassiner en restant insoupçonnable. Comme la Marnie d’Hitchcock, ou Isabelle Adjani dans « Mortelle randonnée », elle change d’identité et de ville après chaque méfait. Jusqu’au jour où une fonctionnaire du ministère de la Justice, Alexandra (Debra Winger) a la puce à l’oreille. Mais, et c’est ici que ce scénario de série noire devient passionnant, plus elle approche de sa proie, plus l’enquêtrice s’aperçoit qu’elle lui ressemble. D’abord, pour ne pas éveiller les soupçons, elle se présente aussi sous un faux nom, et ce double jeu débouche sur le terrain de la séduction, de la rivalité amoureuse. Ces deux carnassières se comprennent trop pour ne pas se haïr et se combattre à mort. Je vous laisse le plaisir de découvrir, au fil d’un suspense d’une rare intensité, laquelle est au fond la plus sympathique et la plus attirante.

Laisser un commentaire