Richard cœur de lion

Richard BohringerRichard Bohringer est l’un des acteurs les plus précieux du cinéma français. « Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant» de Peter Greenaway en salles et «Après la guerre» de Jean-Loup Hubert en vidéo (Montparnasse/Delta) dans quelques semaines, une double actualité pour un acteur au double visage. Portrait-interview par Antoine Davot et Nicolas Georgieff.

En 1980, après des années de doutes et de routes, de délires et de dérives, la chance sourit enfin à Richard Bohringer. «Diva», de Jean-Jacques Beineix, l’extirpe de l’obscurité qu’il affectionne pour le placer sous les feux de la popularité : la gueule de baroudeur de Bohringer intrigue. La vie n’a pas été tendre pour luiet les cicatrices de son visage sont autant extérieures qu’intérieures. Cynique, romantique, désabusé sont autant d’étiquettes que l’on s’empresse, à tort, de lui coller. Des rôles superbes de salauds («J’ai épousé une ombre», «L’addition») achèvent de brouiller les cartes. Au fil du temps, la carapace s’ouvre pour laisser couler un torrent de générosité, auparavant dissimulée. «Le grand chemin» lui apporte la consécration du public, qui se double de la reconnaissance des professionnels (César du premier rôle masculin). Le chemin paraît tracé. Mais Richard décide alors d’emprunter une voie de traverse. Il poursuit la rédaction de «C’est beau une ville la nuit», qui devient un bestseller. «Écrire relève de l’espérance», dit-il. C’est presque une profession de foi, Bohringer vit d’espoir. Sa soif d’absolu l’amène à ouvrir sa gueule quand cela ne lui plaît pas. Ce côté Don Quichotte, qui exaspère les propriétaires de moulins à vent, attire la sympathie du public qui se reconnaît en lui. Son périple, cette fois, a conduit Richard Bohringer outre Manche pour tourner sous la direction du sulfureux Peter Greenaway («Meurtre dans un jardin anglais», «Le ventre de l’architecte», «Drowning by numbers»). Une rencontre troublante qui a donné naissance au «Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant», une œuvre passionnée qui secoue les tripes.

Leave a Reply