Track

Elle est riche, va se remarier, mais ne parvient pas à oublier un mari porté disparu (donc, légalement, ni mort ni vivant) pendant la guerre du Vietnam. Mais, après moult années d’absence, l’époux surgit un soir, avec une histoire de service secret et de trafic ayant mal tourné. Ce qui est sûr, c’est qu’un certain Motta lui tire dessus dès qu’il l’a dans sa ligne de mire. Carter tel est le nom du disparu transforme immédiatement la vie de son épouse retrouvée en cauchemar. Celle-ci l’aide à fuir, mais l’avion, qui devait leur permettre de quitter le pays, explose au décollage. Heureusement un incident de dernière minute les a fait descendre de l’appareil. Pour le couple traqué et considéré comme mort dans l’attentat, une fuite éperdue commence. Mais la jeune femme va petit à petit comprendre que les apparences peuvent être trompeuses. David Birney joue les personnages ambigus avec conviction et Meredith Baxter Birney (son épouse à la ville) aborde les dames en péril avec l’émotion qui convient. L’intrigue est solide et le suspense bien mené, mais ce téléfilm souffre, au niveau de la réalisation, d’un manque total de recherche de mise en scène.

Mission à Manille

massion à manilleCap sur les Philippines ! A Manille, Web (Larry Wilcox) recherche son frère Tony, disparu avec un million de dollars d’héroïne. La drogue est une chose dangereuse. Preuve en est qu’une cascade d’ennuis va jaillir à flots sur le brave Web. Herbe et coke sont au programme, mais surtout de violentes bagarres qui mettent la ville à feu et à sang. Défonce assurée. Ajoutez à ce menu déjà copieux de superbes Asiatiques qui viennent compléter un tableau déjà très chargé en événements. Les recherches de Web, d’abord infructueuses, vont cependant vite se révéler concluantes. La piste, une fois remontée, le conduira dans les griffes de Harry, le magnat local du trafic de stupéfiants. Des palaces somptueux aux rues glauques et sordides de Manille, le spectateur est conduit à vitesse grand V dans une succession de catastrophes d’un intérêt douteux. Si le film est bien rythmé, le scénario ressemble plus à celui d’un « Magnum » ou d’un « Mannix » qu’à autre chose. L’affaire, très compliquée, qui est ici laissée à notre appréciation, devient rapidement ennuyeuse. Malgré tout, certaines images « carte-postale » nous assurent un dépaysement complet.

Laisser un commentaire